madoff_sealDans la veine des excellents ouvrages du journaliste David Grann publiés l'année dernière (Le Caméléon et Un crime parfait), Allia continue son exploration du journalisme littéraire avec la publication de Madoff, l'homme qui valait cinquante milliards de Mark Seal. Reconnaissons à Allia et à sa collection à 3€ le talent d'une sélection de textes qui nous poussent à la curiosité les yeux fermés.

L'auteur regroupe trois enquêtes précédemment publiée dans Vanity Fair autour de l'événement du 11 décembre 2008 : l'arrestation de Bernard Madoff et la révélation de l'une des plus grandes escroqueries financières de l'histoire : 50 milliards de dollars partis en fumée, des milliers de personnes ruinées.

Le récit journalistique, comme chez David Grann, se lit comme une fiction, se dévore comme un polar dont on a l'intime conviction de réalité et c'est ce qui fait la force de ce que révèle l'écriture. La première partie nous plonge immédiatement dans la matière la plus forte et la plus spectaculaire de l'affaire Madoff : les témoignages des victimes, souvent très fortunées. Troublant de lire et relire la description extraordinaire de cette scène d'un très grand restaurant de Palm Beach où des victimes de Madoff apprennent au même moment qu'elles sont ruinées : cris, hurlements... Une vraie scène de cinéma.

La compilation de ces trois enquêtes est très bien structurée, nous baladant sur ce paysage complexe selon différents points de vue. Un bonheur de lecture.

[Mots-clefs du jour : les effets pervers du bénévolat]