logo bling bling Un titre un peu provocateur sur une question complexe : la bibliothèque doit-elle être présente sur le web pour faire parler d'elle ou pour accomplir sa mission sur un nouveau support, à savoir organiser l'information pour la rendre disponible au public ?

Derrière ce mariage déjà — et en partie — consommé ente bibliothèque et numérique se greffent des perspectives d'accès à la culture pour tous et notamment pour le grand public . Si le public vient de plus en plus en bibliothèque publique pour accéder à Internet, c'est peut-être aussi parce qu'il a fait le lien entre le lieu et la démarche
1. Il n'est pas rare que le public se tourne de prime abord vers un moteur de recherche plutôt qu'un rayonnage alors que sa démarche s'en trouverait fortement facilitée, mais voilà : chercher est un métier.

Wizz

L'outil doit-il nous aider à être encore plus visible ? Faut-il créer son espace 3D sur Second life (article sur le très bon Vagabondages) ou créer sa page myspace & Facebook pour toucher un autre public ? Il est toujours possible de se positionner sur des niches communautaires, du support dépendra l'objectif. Sur myspace on touche un public myspace, on rend compte des ressources, des événements.

Comme le souligne Livres Hebdo lui-même dans son article sur les enjeux de 2008, Les bibliothécaires doivent rivaliser d'imagination et de compétences nouvelles pour faire de leur établissement un lieu de vie et offrir des services qu'ils ne prodiguaient pas autrefois2 (...) La majorité des professionnels français est consciente qu'il y a un moyen terme à trouver entre l'offre et la demande, mais ne désire pas suivre le chemin de certains de ses collègues américains : laisser les publics, par exemple, décider de ce que la bibliothèque doit acheter. Horaires d'ouverture, VOD, MP3, ENT, BAR, SIGB, le monde bouge ... Au-delà du numérique on se demande comment s'adapter, comment attirer, comme le souligne fort justement Desperate, comment être visible ?

Ecueil possible : être visible uniquement pour un public averti et maître de l'outil. Viendra-t-il en bibliothèque chercher autre chose que ce qu'on lui propose sur le web ?

Keep on'

Quid alors 2.0 en bibliothèque ? Les bibliothécaires ont depuis longtemps intégré Internet comme une source d'informations essentielle. Et s'il est difficile de jongler avec une politique documentaire et une politique d'intégration du contenu web, des outils efficaces sont là pour aider, le fameux 2.0. L'Espace numérique de la bibliothèque de la Part-Dieu à Lyon a fait fin janvier une présentation à l'ensemble de ses collègues sur certains outils (blogs de travail, agrégateurs RSS et podcasts type Netvibes3, partage de signets avec Del.icio.us, partage et banque d'images type Flickr, outils de publications blogs et spip vers le public, etc.) à partir d'expérimentations concrètes pour leur permettre de mieux organiser leur veille documentaire, de mieux partager en équipe, d'organiser en vue de diffuser vers le public.

Un constat : chacun travaille dans son coin pour amasser des données en vue de faire l'acquisition de documents, d'organiser des conférences et animations, de répondre à des questions du public. Ces outils permettent de filtrer efficacement toutes ces données, de gagner du temps en partageant et complétant ce que chacun optimisait individuellement dans son coin. Le blog peut par exemple s'avérer très utile en interne pour partager des ressources d'offices et offrir en externe des reportages sur la vie de la bibliothèque loin de toute annonce événementielle, de refaire le point sur ce qui s'est passé. Le partage optimise les recherches thématiques et offre les ressources pour répondre efficacement au public. Le matériau est là, prêt à être organisé pour offrir des dossiers thématiques  en fonction d'une conférence ou d'une actualité, la veille offre des perspectives de mise en valeur du fonds.

Il ne faut pas sous-estimer le besoin de formation pour s'approprier ces outils. Mais les perspectives sont là : une émulation entre web et contenu physique.

1 Ne soyons pas trop pessimiste !
2 LH n°715, p.74, 4 janvier 2008.
3 Voir à ce sujet l'article sur Mémoire de silence qui conseille le dossier Bibliodoc sur le sujet.

[Mots-clefs du jour : recette du boulat]