affiche ACDAprès avoir commencé son dixième anniversaire avec les 5èmes Rencontres Extérieur Jour comme expliqué sur un précédent billet, ACD a décidé de prolonger l'esprit de la revue en allant plus loin dans la culture libre et accessible à tous (et sans publicité pour rebondir sur un débat chaud bouillant). Être gratuit et ouvert à toutes celles et ceux qui souhaitent participer ne signifie pas sacrifier la qualité à l'audience (pour rebondir sur un débat chaud bouillant).

ACD a au contraire toujours souhaité s'ouvrir à la publication de textes, illustrations et photographies construits par des auteurs dont certains ne s'imaginaient pas auteurs. Le web a démultiplié cette démarche par la création de revues électroniques et de sites personnels d'auteurs. La sélection des contributions est une solution pour atteindre une certaine cohérence entre ouverture et qualité.

Alors l'audience. Même si le web permet une diffusion permanente, il ignore le public qui ne se rend pas sur les sites littéraires ou ne se sentent pas légitimes comme lecteurs. Aller à la rencontre des lecteurs qui ne s'imaginent pas lecteurs ou qui ne se déplacent dans les points de diffusion s'impose : c'est la culture bibliobus. ACD a imaginé les REJ dans ce but et les premières soirées slam à Lyon en 2002 pour renouveler les soirées lectures de ses textes.

Pour aller plus loin, ACD se propose très prochainement de distribuer la revue dans le métro. Vous aurez donc le choix entre des quotidiens d'actualité et une revue littéraire gratuits, dans le cadre d'une opération ponctuelle.


pub_badges


[Mots-clefs du jour : Jour d'ouverture de la peche à la civelle au pay basque]