pictoPassé inaperçu [en ce qui me concerne], cet article de Tatiana de Rosnay paru en mai 2006 sur le média citoyen cofondé par son père Joël. Or cet article relativement court (1200 signes) annonce le scoop de la blogosphère : la majorité des blogueurs seraient en réalité des blogueuses !! Et la critique littéraire pour Psychologie et journaliste dans Elle de citer de nombreuses preuves de sa théorie, à savoir de nombreux blogs tenues par 19 filles/femmes, ce qui vous l’avouerez est un argument imparable à côté des milliers de blogs francophones alimentés chaque jour par des pseudonymes allant du masculin à au féminin en passant par le neutre.

Bref conclue Tatiana : les garçons, vous vous y mettez ?, avant d’apposer derrière sa signature le lien vers le collectif Blogauteurs dont l’équipe est majoritairement composée de … garçons !! Auraient-ils écouté Tatiana et retroussé leurs manches en moins de temps qu’il ne faut ? Ce n’est pas faire injure à la grande participation bloguesque de Tatiana et Clarabel, membres de l’équipe de Blogauteurs donc, et citée par Tatiana (vous suivez ?) dans ledit article Agoravox comme l’une des blogueuses les plus actives du web littéraire (là on dépasse la petite blogosphère messieurs les garçons !) à tel point que les auteurs les plus malins ont compris qu’il fallait impérativement envoyer leurs romans à ces blogueuses bien plus réactives qu’un critique littéraire reconnu.

Bien sûr reconnaissons à Tatiana ce petit côté 2e degré typique des chroniques de Elle, mais ...

Je passe la vision simpliste de la concurrence mass média (le critique littéraire reconnu) et média des masses (les blogueuses), pour cela je vous renvoie à l’ouvrage de Joël de Rosnay sur la notion de Pronétariat. Non, ce qui me semble le plus étrange c’est l’angle d’approche du sujet, ni sur le blog en général, ni sur la communauté des blogs littéraires en particulier. D’ailleurs la réponse des blogs de garçons n’a pas tardé à s’annoncer, non pas comme une réaction à cette pseudo guerre des sexes (l’anonymat des pseudonymes n’est-il pas la meilleure réponse à cette question sans fondement ?) mais comme un rééquilibrage de syndication de blogs car il n’y a pas de raison de ne pas citer également des blogs de garçons, hein franchement.

On évacue donc bien proprement pour une raison superficielle ce qui fait le talent des communautés de blogs qu’ils soient culinaires, littéraires ou BD, le véritable sujet rassembleur de talents. Tiens ça me rappelle les débats sur les spécificités de l’écriture féminine. Ah ! Ah ! Ah !